la première bande - in progress avec math montavon



************************************************************************
- exposition. Deux adolescents, une fille, un garçon, traînent. Ce faisant ils se racontent des histoires dont ils rient, sordides en fait. Ils s'entraînent notamment à faire le mort.

- nouement de l'intrigue. Un jour, ils piègent un homme qui, avec sa voiture, s'était arrêté à proximité de leur terrain de jeu. L'un des adolescents gît dans un fossé et, tandis que l'homme le découvrant hésite, l'autre dérobe une enveloppe sur le siège arrière. Ils se sauvent tous deux et sèment l'homme qui dès lors les poursuivra, pressé de retrouver l'enveloppe dont on devine qu'elle doit contenir des informations non indifférentes à ses yeux.

- péripéties. Les adolescents trouvent dans l'enveloppe un Ipod et des documents sur lesquels figurent des noms. Pourchassés d'une part, d'autre part aiguillonnés par la trouvaille qui fouette leur imagination, commence une errance faite d'affabulations. Ils traversent des lieux dont l'architecture demeure énigmatique quant à sa fonction. Leurs tribulations passent également par des rencontres avec des personnages que leur poursuivant croisera ou aura croisés.

- chute. La poursuite ne finit qu'avec le film : l'homme tombe alors, triomphant, sur l'un des adolescents étendu, cette fois véritablement mort.

- son. La bande sonore consiste tantôt dans les dialogues des adolescents, tantôt dans les listes de noms épelées par eux, tantôt ce qu'il faut supposer être enregistré sur l'Ipod – tantôt des superpositions des trois.

- images. Les paysages traversés contiennent en germe des drames filés ensuite par les personnages.

************************************************************************















*** Structure en trois parties :

1. - Mise en place de l'intrigue : les jeux des enfants qui aboutissent au vol des documents. Vision interne (le spectateur sait ce que voient et imaginent les enfants). À la fin de cette première partie la fille est poursuivie puis se blesse suite à une chute dans un ravin. Le spectateur ne peut discerner la fiction fabulée par les enfants d'événements plus graves qu'il ne connaît pas.

2. - Flash-back/inserts, où l'on comprend que leur fabulation a entraîné une suite d'événements imprévus. Le vol que l'on croyait d'abord être un larcin sans conséquences à en réalité entraîné une suite d'événements dramatiques. Suite au vol des documents que l'homme était censé remettre à la femme, celle-ci le soupçonne de trahison et le prend en chasse. C'est cette deuxième partie, qui articule tous les indices pour la compréhension de l'intrigue.

3. - Leur fiction rattrape les enfants qui doivent fuir : déambulations dans la vallée et résolution.

Cf. Plots des films suivants :
La nuit des tournesols 
L'assassinat de Jessie James par le lâche Robert Ford
The proposition


-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

La femme (complice et héritière d’une junte déchue et traquée) désire mettre la main sur des documents la compromettant elle et ses complices, afin de pouvoir mettre la pression sur ceux qui souhaiteraient la dénoncer ou la faire chanter. Elle propose donc une somme importante à l’homme (un fonctionnaire complice et corrompu) en possession de la copie de ces documents. Il est décidé d’une rencontre afin de procéder à l’échange. L’homme et la femme doivent se rencontrer seuls dans un lieu perdu et discret, hors de la ville.

Arrivée en Mandchourie (parce que c’est loin et qu’il y fait froid), la femme veut contacter l’homme pour préciser le lieu de la rencontre, mais le téléphone de l’homme est en panne et la conversation est interrompue.

L’homme, qui a besoin de cet argent, mais se sachant également menacé s’il ne mène pas à terme cette transaction, ou s’il ne se débarasse définitivement de la femme, part à la recherche d’un autre téléphone pour rétablir le contact. Cela n’est pas aisé en Mandchourie.

La femme se fait voler son portable (et une importante somme d’argent ?) par le gamin.

Le gamins rejoint la fille. Ils s’amusent puis rentrent lorsqu’il pleut.
La fille emporte le téléphone sans s’en apercevoir. Alors qu’elle s’amuse dans une cabine téléphonique, l’homme arrive et la chasse pour pouvoir rappeler la femme. Lorsque l’homme compose le numéro, la sonnerie retentit juste à côté de lui et il prend en chasse la fille qu’il croit complice de la femme.

La fille parvient à s’enfuir et retrouve le garçon. Pour se venger, ils attirent l’homme à la cabine téléphonique en le contactant (touche de rappel automatique de la cabine) sur le portable de la femme qu'il a gardé sur lui.

Lorsque l’homme arrive sur place, il croit reconnaître le cadavre de la fille. Mais celui-ci n’est qu’un leurre afin d’attirer l’attention de l’homme pendant que le garçon dérobe les documents dans sa voiture. Lorsque l’homme se rend compte qu’il a été berné, les enfants se sont déjà enfui.

Les enfants tentent de comprendre les documents sans réellement y parvenir. Ils disséminent ensuite les feuilles de ce documents au gré de leurs délires dans lesquels ils rejouent les crimes relatés. Ainsi, au fur et à mesure que l’homme et la femme poursuivent les enfants pour tenter de récupérer la preuve de leurs forfaits, le dossier à charge se désagrège.